Mes travaux de recherches universitaires

Etude comparée entre deux milieux micro-insulaires :
Houât et Hoëdic

Université de NANTES
Institut de Géographie et d’Aménagement Régional - IGARUN

Mémoire de Maîtrise de Géographie
Sous la direction de : Marc ROBIN

Septembre 1999

Cette étude a consisté à comprendre l’évolution de l’organisation de deux milieux micro-insulaires, les îles de Houat et Hoëdic. Ces deux îles sont situées en Bretagne méridionale, à l’est de Belle-Ile et au sud-est de Quiberon. Elles constituent deux des quinze îles du Ponant qui regroupent l’ensemble des îles de l’Ouest français, de la Normandie aux Charentes. Houat, avec une superficie de 288 ha, est la plus grande des deux îles ; elle présente une topographie de plateau. Hoëdic, en revanche, présente une topographie de butes marquée par la présence de larges massifs dunaires. Sa superficie est de 209 ha.

Plusieurs éléments témoignent de l’intérêt d’analyser ces deux espaces. D’une part, elles sont proches géographiquement puisqu’elles ne sont séparées que de 8 kms. D’autre part, les histoires de ces deux îles sont très liées comme en témoigne leur nom, Houat signifie canard et Hoëdic, caneton. Ces éléments laissent apparaître que les facteurs qui ont conditionnés les évolutions de ces deux îles ne sont ni géographiques ni historiques, il s’agit donc d’autres facteurs que nous avons tenté de mettre en évidence. 

Nous avons donc choisi de mener cette étude autour d’une question centrale ; à savoir, comment les milieux micro-insulaires Houatais et Hoëdicais ont-ils évolué durant la période 1952 – 1996 ? Période fixée par l’utilisation de photographies aériennes de l’IGN. 

La méthode utilisée est une méthode d’analyse spatiale permise par l’élaboration de deux Systèmes d’Information Géographique qui nous permettent de rendre compte de l’évolution de chaque milieu et de les comparer.

L’objectif de cette étude est donc de confronter ces deux outils et les résultats qu’ils proposent pour répondre à la problématique que nous avons fixé.

Mise en place d'indicateurs spatiaux

Parce qu’il offre de multiples fonctionnalités en terme d’analyse spatiale, le SIG semble être l’outil le plus adapté à la mise en évidence de l’évolution des milieux. En effet, les capacités d’extraction de données géographiques offertes par un SGBD et la confrontation de polygones constituent des atouts majeurs pour générer et créer de l’information.
L’intérêt de l’étude étant de comparer deux milieux, nous devions mettre en place deux outils identiques à partir de sources d’information et d’angles d’analyse semblables. Cinq thématiques d’analyse ont été retenues: “Milieux naturels”, “Friches”, “Agriculture”, “Réseaux” et “Urbanisation”. L’utilisation des sources d’information (photographies aériennes, plans cadastraux et permis de construire) et la définition des angles d’analyse des SIG permettent de générer des fichiers qui constituent les indicateurs spatiaux de l’évolution des milieux.

La spécialisation des activités économiques

La spécialisation des activités économiques est l’élément moteur de leur évolution. Les deux îles vivent uniquement de la pêche au début du siècle puis le tourisme s’introduit sur Hoëdic. L’évolution des activités économiques a laissé apparaître des cycles de spécialisation. Les îles du fait de leur manque de réserve engendré par la micro-insularité exploitent une ressource tant qu’elle est rentable. D’ailleurs, le cas de l’île de Houat est tout à fait intéressant à ce propos puisque la pêche décline depuis la fin des années 80 et, paradoxalement, le tourisme se fait de plus en plus présent.
En fait, les îles ne contrôlent pas leur évolution. Elles subissent des conjonctures extérieures qu’elles peuvent utiliser avec plus ou moins de succès. La mise en évidence des facteurs de la spécialisation a permis de visualiser cette situation ; en effet, à partir du moment où les îles se sont ouvertes au continent, elles sont passées d’une situation d’éloignement à une situation d’isolement et de dépendance vis à vis de celui-ci.

Les pratiques de l'espace insulaires

L’urbanisation et les réseaux constituaient nos thématiques d’analyse pour évaluer l’évolution des pratiques de l’espace sur Houat et Hoëdic. L’urbanisation entre 1952 et 1996 prend une ampleur différente sur les deux îles. On assiste, à Houat, à une véritable explosion avec une progression de 360 % des parcelles urbanisées qui se situent surtout à proximité du port, alors qu’à Hoëdic, on enregistre une hausse de 60 % qui reste localisée dans le bourg.
Cependant, malgré des évolutions différentes, les structures urbaines restent semblables. L’impact du port et l’expansion de la pêche artisanale durant cette période permet de conclure que c’est la présence d’une activité permanente maintenant les populations insulaires qui donne une grande intensité au phénomène urbain sur l’île de Houat.
L’analyse des réseaux a révélé l’émergence de nouvelles pratiques de l’espace. Alors qu’en 1952, le réseau se distingue par un caractère étoilé résultant de pratiques économiques des lieux, en 1996, le réseau devenu majoritairement côtier est la conséquences des pratiques sociales des populations exogènes dans le cadre du tourisme introduit sur les îles dans les années 60. Houat et Hoëdic présentent à ce propos des caractères semblables même si cette activité reste une spécialisation Hoëdicaise.
Finalement, compte-tenu des évolutions des pratiques de l’ensemble des acteurs, les milieux s’organisent tous deux selon une bipartition de l’espace. On assiste, en effet, à une profonde rupture entre un espace fonctionnel et un espace récréatif, et à la ré-appropriation de l’espace par les populations exogènes du fait de la primauté de leurs pratiques autant à l’échelle du bâti que de l’île dans sa globalité. De plus, la nécessité d’une gestion de l’espace du fait, d’une part, de la déprise et, d’autre part, des dégradations que subit le milieu par l’intense fréquentation touristique, révèle que les îles ne peuvent gérer seules de tels processus. L’intervention de nombreux organismes continentaux montre qu’en plus d’une ré-appropriation de ces espaces par les pratiques touristiques de populations exogènes, on assiste à leur ré-appropriation par le continent.

Organisation du milieu micro-insulaire : bipartition de l’espace

île de Houat

île d'Hoëdic

Consulter le mémoire de maîtrise

Mon parcours universitaire

DESS Système d'Information Géographique

Université de Caen Normandie, Caen (France)

2000 - 2001

Apprentissage des techniques de conception et de pilotage de projets de systèmes d'information géographique

Stage de 6 mois dans l'Entreprise IDS France (Levallois-Perret, 92) : Prise en main d'une chaine de production de données géospatiales et mise en place des outils de pilotage

Maîtrise de Géographie - Spécialité Géomatique

Université de Nantes, Nantes (France)

1998 - 1999

Mention Très Bien

Conférence :
David Lambert, Décembre 1999, « Etude comparée entre deux milieux micro-insulaires : Houat et Hoëdic (Morbihan, France) », 
« SIG et connaissances des milieux », IMAR, IGARUN, Nantes, France.

License de Géographie - Spécialité Géomatique

Université de Nantes, Nantes (France)

1998 - 1999

Apprentissage des techniques de la géomatique : Télédétection / Photo-interprétation / Systèmes d'information géographique / Analyse spatiale

DEUG de Géographie

Université de Nantes, Nantes (France)

1995 - 1997