Publié le 02 fév. 2021

Quand une pause est bonne pour notre empreinte carbone et notre porte-monnaie

La crise de la COVID-19 a imposé une réorganisation rapide et soudaine à laquelle bon nombre d'entreprises n'était pas préparé. Le système d'information de l'entreprise a subi de nombreuses mutations tant sur son infrastructures que sur ces applications générant plus de complexité et d'incohérence dans le fonctionnement des équipes opérationnelles et managériales. Cette réponse à la crise les a de fait éloigné davantage des attentes de leurs clients, de leurs collaborateurs et de la société civile.

Complexifier pour s'adapter

En 2020, les entreprises ont été contraintes d’accélérer ou de mettre en place la digitalisation de leur fonctionnement opérationnel et managérial pour répondre rapidement aux nouveaux besoins imposés par la crise de la Covid-19. En voulant répondre en urgence à ces besoins, elles ont surdimensionné les solutions numériques et les infrastructures rajoutant encore plus de complexité au système d’information et d’incohérence au fonctionnement des applications métiers.

Digitaliser les fonctionnements pour répondre aux besoins imposés par la crise

L’enjeu pour l’année 2021 va donc consister, pour l’entreprise, à répondre aux attentes de l’ensemble de ses parties prenantes (ses partenaires, ses collaborateurs et ses clients) qui veulent retrouver une expérience digitale fiable et cohérente.

De plus, alors que cette complexité amplifiée par la conjoncture est venue alourdir son empreinte carbone, c’est sur la décarbonation de son activité que l’entreprise est également attendue en 2021 comme nous l’indique Hugues Heuzé (Country Manager France de Pure Storage), auteur d’un article sur les enjeux IT pour les entreprises en 2021 dans l’Usine Nouvelle.

Une décarbonation de l'économie attendue par la société civile

Car si le contexte économique et social a demandé aux entreprises d’apporter des réponses à court terme, c’est bien sur des enjeux de long terme que les attentes de la société civile sont les plus fortes.

En effet, selon une étude mandatée par l’Observatoire de la Matérialité, porté par l’Institut du Capitalisme Responsable datant de Novembre 2018, 95% des français attendent que les entreprises s'engagent dans les enjeux de société et parmi ceux-ci, l'environnement et le climat arrive en tête avec 52%.

La digitalisation rapide de l'entreprise a complexifié son fonctionnement et amplifié son impact environnemental

95% des français attendent que les entreprises s'engagent dans les enjeux de société

Les français attendent que les entreprises soient moteur et s'engagent dans des actions concrètes et vérifiables d'autant qu'ils estiment qu'elles ne délivrent pas d'informations accessibles et fiables sur la réponse apportée à ces enjeux. Les entreprises sont donc questionnées sur leur capacité à mettre en œuvre des chaines de valeur raisonnables en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Au-delà d’être une nouvelle contrainte, la décarbonation d’une chaine de valeur peut s’avérer être, pour les entreprises, une formidable opportunité d’un point de vue économique. A l'image du secteur Québécois du fer et de l'acier qui reparcourt sa chaine de valeur afin d'identifier les possibilités de circularité permettant une réduction des GES, la décarbonation de l'économie s'avère rentable puisqu'elle coïncide avec des économies d'énergie ainsi que des gains de productivité du fait de l'adoption de process plus efficaces et de chaines de valeur plus courtes.

Décarbonation des chaines de valeur et simplification collective

Cette démarche, pour être couronnée de succès, doit cependant s’accompagner de compétences et de méthodes permettant à toute une organisation humaine de lever la tête du guidon, de réfléchir sur la réalité de son fonctionnement propre et de se questionner sur sa volonté de prendre part à une économie plus responsable. L’intervention croissante, en entreprises, de disciplines telles que la philosophie symbolise ce besoin de photographier une chaine de valeur en tant que dynamique opérationnelle perpétuellement en mouvement

La décarbonation d’une chaine de valeur s'avère être une formidable opportunité d’un point de vue économique

Lever la tête du guidon pour réfléchir sur la réalité de son fonctionnement 

Afin de permettre à l’entreprise de mobiliser sa connaissance, son expérience, son vécu des situations opérationnelles au contact de ses clients, de ses fournisseurs, de ses partenaires, … cette méthode se doit de favoriser la mobilisation des collaborateurs suivant des pratiques managériales basées sur la confiance, le respect et l’équité. L’étude mentionnée plus haut nous indique que 33% des français estiment qu’ils sont les premiers acteurs de transformation vers une économie plus responsable. Il convient donc de mobiliser et de s’appuyer sur cette volonté d’innover pour réussir la transition énergétique de la chaine de valeur de l’entreprise.

Nous sommes les acteurs de la décennie qui peut encore agir pour contenir le réchauffement climatique. Alors agissons !


Par David Lambert
Fondateur et Directeur de Denow
Créateur de la méthode ZENI™